Turner, peintures et aquarelles de la Tate

Au Musée Jacquemart André du 13 mars 2020 au 20 juillet 2020
Citoyen d’hier et citoyen d’aujourd’hui
8 novembre 2018
église russe saint Alexandre Nevsky
L’église russe orthodoxe Saint-Alexandre-Nevsky
21 février 2020
Turner

Visite de l'exposition Turner au Musée Jacquemart André

Turner, peintures et aquarelles de la Tate Au Musée Jacquemart André, du 13 mars 2020 au 20 juillet 2020

Joseph Mallord William Turner (1775 – 1851) est incontestablement le plus grand représentant de l’âge d’or de l’aquarelle anglaise. Comme nul autre avant lui, il exploita les effets de lumière et de transparence sur les champs anglais ou les lagunes vénitiennes. Célébré par ses contemporains, il continue aujourd’hui à émouvoir de nombreux admirateurs.

Cette exposition révèle le rôle qu’ont joué les aquarelles dans la vie et l’art de Turner, des œuvres de jeunesse qu’il envoya à la Royal Academy aux fascinantes expérimentations lumineuses et colorées de sa maturité. Pour un public moderne, ces dernières comptent parmi ses œuvres les plus radicales et accomplies. Cette exposition exceptionnelle, organisée en collaboration avec la Tate à Londres, présentera une soixantaine d’aquarelles et près de dix huiles sur toile.

Le legs Turner reçu par la nation britannique en 1856, cinq ans après la mort du peintre Joseph Mallord William Turner en 1851, constitue l’une des collections les plus importantes et révélatrices de l’œuvre d’un seul artiste. Aujourd’hui en grande partie conservé à la Tate Britain de Londres, ce fonds, qui forme un musée à l’intérieur du musée, abrite l’œuvre immense laissée par Turner dans sa maison et dans son atelier. Outre cent peintures qu’il avait gardées pour les accrocher dans une galerie Turner dont il espérait qu’elle serait créée à sa mémoire, le legs comprend de nombreuses esquisses à l’huile, des études et œuvres inachevées, ainsi qu’un fonds remarquable de dizaines de milliers d’œuvres sur papier : aquarelles, dessins et carnets de croquis. Cette sélection d’œuvres de son legs nous permet de suivre pas à pas l’évolution de Turner : des débuts conventionnels comme dessinateur de paysage topographique et d’architecture, à la maturité où il embrasse une diversité extraordinaire de sujets dans un style vif, en s’appuyant sur une appréciation subtile de la lumière, de la couleur et des effets atmosphériques. Associées ici à quelques aquarelles achevées et peintures à l’huile pour illustrer leur influence sur la production publique de Turner, ces œuvres très personnelles demeurent aussi fraîches et spontanées que lorsqu’elles sont nées sur le papier.