Le Pari(s) d’Haussmann

Conférence en visio ou en salle

De 1h à 1h30

Jusqu'à 100 participants

Amateurs de promenades dans Paris, ne cherchez plus ! Voici la conférence qu’il vous faut pour comprendre l’urbanisme parisien ! Pourquoi ces boulevards circulaires ? ces grandes diagonales qui traversent Paris ? et ces immeubles haussmanniens dont tout le monde parle, qu’ont-ils de si particulier ? Retour sur le pari fou et audacieux que firent Napoléon III et le baron Haussmann pour faire entrer la capitale dans la modernité.

Du Vieux Paris.

Depuis la Révolution française, le visage de Paris est resté quasiment inchangé. Taudis et baraques jouxtent hôtels particuliers et demeures anciennes dans un désordre absolu. La circulation est extrêmement difficile rendant la traversée de Paris du Nord au Sud ou d’Est en Ouest presque impossible, et faisant des deux rives deux mondes séparés.. Les habitants de la rive gauche étaient d’ailleurs les moins bien lotis puisque le commerce s’était développé principalement sur la rive droite.

Les Parisiens s’entassent donc dans le centre de Paris qui atteint des records de densité… et d’insalubrité. L’air lui-même circule mal ; l’hygiène est rudimentaire, les épidémies (comme l’épidémie de choléra de 1842) frappent durement la population.

Mais un autre problème guette le pouvoir en place : conséquence de ce problème sanitaire, les classes moyennes abandonnent les quartiers centraux pour s’établir vers l’ouest de Paris, plus aéré. Le centre de Paris n’est plus occupé que par les plus pauvres que l’on croit aussi les plus prompts à se rebeller !

Napoléon III connaît assez mal Paris, lui qui n’y a guère vécut, mais il se soucie d’améliorer les conditions de vie des plus pauvres comme d’embellir la ville. Il a en tête les grandes villes d’Amérique et d’Angleterre ; il rêve de rivaliser avec Londres et de faire de Paris la vitrine de la puissance et la prospérité du Second Empire.

Grâce aux emprunts, que Napoléon III et son préfet le baron Haussmann imaginent rapidement remboursés du fait de l’amélioration des échanges commerciaux, les travaux sont lancés et durent bien au-delà du Second Empire.

 

…au Nouveau Paris

Longtemps l’image d’un baron destructeur a prévalu (pensez donc ! Il a même détruit la maison familiale pour percer le fameux boulevard Haussmann !) Les voix s’élèvent contre ces travaux sans fin, ces sommes colossales qui sont empruntées parfois en toute illégalité et au prix de magouilles politiques… Force est pourtant de constater que ses travaux ont permis à Paris de se préparer pour les siècles suivants.

Considérant les gares comme de nouvelles portes d’entrées dans la capitale, Haussmann trace de nouveaux axes permettant d’accéder rapidement au centre depuis ces gares (à moins que ce ne soit l’inverse…) Ce même centre, qui a été vidé de sa population miséreuse pour y établir les plus belles administrations de la Ville et de l’Etat.

Expropriant le moins possible, Haussmann met au point une véritable esthétique de Paris : homogénéité des façades, harmonie des volumes, perspectives, création du mobilier urbain et des parcs… Tels sont les aspects les plus fameux des transformations d’Haussmann. Son apport va pourtant bien au-delà, s’entourant d’homme talentueux comme Belgrand, il modifie toutes les infrastructures parisiennes : réseau de circulation secondaire, réseau d’eau, développement des égouts ou des transports en commun…. En un mot, il crée la ville moderne, pensée dans son ensemble, dont nous avons héritée.

Pour la petite histoire….

L’annexion des communes limitrophes en 1860 oblige à repenser complètement l’organisation de la Ville que l’on décide de diviser en vingt arrondissements (au lieu des douze précédents). La numérotation était prévue de gauche à droite (donc le Ier arrondissement au nord-ouest et le XXe au sud-est ) mais en faisant de la sorte, notre XVIe ce serait vu attribuer le numéro 13 ! Ce dont les édiles de ces beaux quartiers ne voulaient pas… Les numéros furent donc attribués à la manière d’un jeu de l’oie, en plaçant le Ier au centre de la capitale…

Habituée des conférences des Bonnes Visites à Paris, c’est avec beaucoup de plaisir, qu’en cette période un peu difficile, j’ai suivi toutes les visioconférences proposées. Elles sont très variées et enrichissantes grâce aux excellentes explications de Marjorie qui est passionnée par les divers thèmes qu’elle nous propose… Je pense qu’elles pourront être présentées à l’avenir car cela permet aux personnes éloignées de la région parisienne, fragiles ou malades de partager d’excellents moments. Merci à Marjorie.

Nicole A de Colombes

Le 04/06/2020

Connaissant Marjorie grâce à ses passionnantes conférences parisiennes, nous avons tenté une visio-conférence. Essayer c’est l’adopter !!! Marjorie nous captive dès le départ et, en toute simplicité pendant toute la séance, elle nous fait profiter de son savoir ( et il est grand).

Martine L

Le 06/06/2020

Crédits photos : Charles H. and Mary F. S. Worcester Collection

Programmes associés

Les grands magasins parisiens

L’Opéra Garnier

L’île de la Cité

Vous apprécierez aussi…

La Basilique St Denis

La Basilique St Denis

La basilique cathédrale Saint-Denis présente pour le visiteur un triple intérêt : architectural, historique et funéraire. Une visite guidée s’impose pour découvrir toutes les facettes de ce chef-d’œuvre de l’architecture gothique.

La Bibliothèque nationale Tolbiac

La Bibliothèque nationale Tolbiac

Voulue par Mitterrand comme une place publique, cette bibliothèque est devenue le moteur d’un quartier en pleine renaissance. Havre de paix pour les lecteurs installé autour d’un immense jardin clos. L’un des halls abrite les plus grands globes de Vincenzo Coronelli, pour la gloire du Roi Soleil…