Visites insolites

Saint-Augustin, de la Petite Pologne à l’Europe

Saint-Augustin, de la Petite Pologne à l’Europe

A l’époque de Louis XV, le quartier dit de la “Petite Pologne” était encore en friche. Une barrière d’octroi y était située, prenant le surnom d’un cabaret installé dans les environs. Souvent décrit comme un repaire de mendiants, de vagabonds et de gens sans aveux, il inspire les auteurs parisiens tels que Balzac ou Eugène Sue.

lire plus
Le Gros Caillou

Le Gros Caillou

Dans l’ombre de la Tour Eiffel, caché derrière les Invalides, se trouve un quartier méconnu. A cet emplacement se trouvait jadis des îles et le canal de la Petite Seine. Une borne délimitait probablement les seigneuries de St Germain et de Ste Geneviève qui se partageaient le secteur. Le Gros Caillou se développa autour, durant le XVIIe siècle, encouragé par la construction de l’Hôpital des Invalides. Les familles des invalides s’y installèrent, les fournisseurs également.

lire plus
Musée Bourdelle

Musée Bourdelle

Le musée Bourdelle conçu autour de l’appartement, des ateliers préservés et de ses jardins conserve un charme originel. Sculptures, dessins, photographies, peintures font de ce lieu intimiste un des plus attachants musées monographiques de Paris, dédié à celui qui fut l’élève de Rodin et le maître d’Alberto Giacometti et de Germaine Richier.

lire plus
Le Collège des Bernardins

Le Collège des Bernardins

Au cœur du Quartier Latin est construit, à partir de 1248, le collège des Bernardins pour assurer aux étudiants envoyés des abbayes cisterciennes des conditions de vie et de travail dignes à Paris. Lieu d’enseignement, prison puis caserne de pompiers, il est racheté et restauré par l’archevêché de Paris. Visite guidée d’une architecture à couper le souffle.

lire plus
Le Pré aux Clercs

Le Pré aux Clercs

Visite guidée sur les terres de l’abbaye de St-Germain-des-Prés où l’Université de Paris possédait jadis un territoire étendu. Les Ecoliers venaient se détendre dans cette vaste plaine traversée de jolis ruisseaux et bordée de saules.. A l’ombre du Musée d’Orsay, belles demeures et petites ruelles révèlent le charme de ce quartier où la Reine Margot vint s’installer pour jouir de l’alliance de la ville et des champs.

lire plus
Déambulation au Marché aux puces

Déambulation au Marché aux puces

Piqueurs, biffins et chiffonniers, poussés hors de Paris à partir du XIXe siècle, organisent le premier et le plus grand des marchés aux puces. Des fripes du Marché Malik à la brocante de Vernaison, les marchés se succèdent sans se ressembler et révèlent leurs trésors : du bibelot le plus simple aux meubles luxueux.. une promenade historique et dépaysante dans les allées de ce marché de renom.

lire plus
St Sulpice, à l’ombre de St-Germain-des-Prés

St Sulpice, à l’ombre de St-Germain-des-Prés

Dans l’ombre de Saint-Germain-des-Prés fut construite au XVIIe siècle la majestueuse église Saint-Sulpice sur un ancien sanctuaire médiéval. Dans l’esprit de la Contre-Réforme, l’église abrite des sculptures remarquables du XVIIIe siècle, mais est surtout célèbre pour sa Chapelle des Saints-Anges, dernier chef-d’œuvre de Delacroix.

lire plus
Musée Nissim de Camondo

Musée Nissim de Camondo

Le musée Nissim de Camondo est entièrement consacré à l’art décoratif français de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Y sont présentés quelques-uns des plus beaux meubles et objets du temps de Louis XV et Louis XVI : chaises du salon turc de Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, tapis de la Savonnerie commandé pour la Grande Galerie du Louvre, pièces du service d’argenterie offert par la Grande Catherine à son favori Orloff, secrétaire à rideau d’Oeben…

lire plus
Musée Gustave Moreau

Musée Gustave Moreau

Certes oublié aujourd’hui, Gustave Moreau orne aujourd’hui de ses toiles les cimaises des plus grandes institutions.
Au soir de sa vie, ce peintre symboliste transforme sa maison-atelier en musée. Dans une extraordinaire muséographie y sont présentées peintures, aquarelles ou dessins qui donnent vie à ce lieu unique, où l’on s’attend à tout instant à croiser l’artiste lui-même.

lire plus
Le Val de Grâce

Le Val de Grâce

Fastueux ermitage d’Anne d’Autriche, cette église a été élaborée par François Mansart, entre classicisme français et baroque italien : voûtes ciselées, marbres et somptueuse coupole peinte par Mignard. Un chef d’œuvre d’architecture, de sculpture et de peinture réunies !

lire plus
Conflans Sainte Honorine

Conflans Sainte Honorine

Le musée de la capitale nationale de la Batellerie est le plus important des musées consacrés à l’histoire de la navigation intérieure. Musée « à la croisée des chemins qui marchent » selon l’expression de Blaise Pascal, il nous éclaire sur les différentes techniques de navigation et leurs évolutions grâce à de magnifiques maquettes et nous fait découvrir l’univers méconnu des « gens de l’eau ».

lire plus
La cathédrale russe

La cathédrale russe

C’est Napoléon III qui donne son accord à sa construction. Foyer de la culture russe de Paris, elle est dédiée à saint Alexandre Nevsky, prince de Novgorod, grand héros de la Russie. Icones, fresques de la crypte nous font voyager dans la culture russe et la tradition orthodoxe.

lire plus
Pigalle et les artistes

Pigalle et les artistes

A mi chemin entre Montmartre et la Nouvelle Athènes, se développe au XIXe siècle tout un quartier d’artistes. Je vous raconte le temps d’une balade les premiers omnibus déversant leurs flots de modèles, les cafés où se retrouvent plusieurs générations d’artistes sans le sou, Au Café Guerbois, avant de gagner les boulevards, le Moulin Rouge ou le Théâtre de l’Elysée Montmartre.

lire plus
L’Hôtel Cail

L’Hôtel Cail

L’hôtel Cail, actuelle mairie du VIIIe arrondissement, est l’un des rares beaux exemples d’architecture du Second Empire ayant conservé une partie de son décor à être encore accessible dans Paris. Cette somptueuse demeure édifiée dans les années 1860 en bordure de la Plaine Monceau vous ravira par ses décors à découvrir lors d’une visite guidée.

lire plus
Egyptomania

Egyptomania

Bien avant la campagne d’Egypte du général Bonaparte, les Français appréciaient les motifs égyptiens, Mais le XIXe siècle voit naître une véritable passion pour la civilisation égyptienne dans son ensemble.
Pour qui ouvre l’œil, pyramides, sphinx et obélisques surgissent au détour des rues et des places parisiennes. Laissez-vous transporter à Paris sur le Nil le temps d’une conférence.

lire plus