Tous nos programmes de visites et conférences pour groupes

Paris & région parisienne
Musée Marmottan – Monet

Musée Marmottan – Monet

Au détour du Jardin du Ranelagh, dans l’ancien pavillon de chasse du duc de Valmy, le riche amateur d’art Paul Marmottan créa un magnifique musée, relativement confidentiel, dont les collections se consacraient à l’Empire. Vous y découvrirez des œuvres prestigieuses de Caillebotte, Manet, Degas, Renoir ainsi qu’une belle collection d’œuvres de Berthe Morisot et surtout la plus grande collection au monde de toiles de Claude Monet.

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Le quartier latin

Le quartier latin

Face à l’île de la Cité, la rive gauche de la Seine est depuis le XIIe siècle le quartier privilégié d’installation des étudiants. Sur les pentes de la Montagne Sainte Geneviève, s’installent les premiers collèges, ancêtres de nos résidences universitaires, et leurs lots d’étudiants. Visite guidée dans les ruelles préservées des siècles passés, qui serpentent entre les écoles prestigieuses et les églises remarquables.

Musée Rodin

Musée Rodin

Au cœur du 7e le musée Rodin occupe le magnifique hôtel particulier dans lequel Auguste Rodin et quelques autres membres de la bohême artistique du début du XXe avaient élu domicile. La visite guidée se poursuit parmi les bronzes exposés dans le cadre exceptionnel des grands jardins à la française qui entourent le musée.

Les Buttes Chaumont et la Mouzaïa

Les Buttes Chaumont et la Mouzaïa

Inauguré à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, le parc des Buttes-Chaumont est l’un des plus curieux et des plus pittoresques à Paris. Cascades, grottes et fabriques rythme le parcours et le promeneur jouit d’un panorama exceptionnel sur Paris. Puis, les villas de la Mouzaia, havres de paix perdus dans la verdure, invitent à poursuivre la flânerie dans ce quartier au charme désuet de la fin du XIXe siècle.

Les Expositions Universelles

Les Expositions Universelles

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.

La bibliothèque de l’Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal

La Bibliothèque de l’Arsenal doit son nom à sa situation au cœur de l’ancien Arsenal fondé par Louis XII et réaménagé au début du XVIIe pour Sully. C’est l’ancienne résidence des grands maîtres de l’artillerie. D’Argenson y a assemblé une immense collection composée de livres imprimés, manuscrits, estampes, cartes, monnaies et médailles. Elle conserve désormais près d’un million de livres imprimés, un fonds précieux de manuscrits ( le Psautier de Saint Louis), des archives inattendues comme celles de la Bastille, des estampes..

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris

Sept enceintes, appelées aussi “murs” de Paris, ont successivement été construites pour englober et protéger la capitale. Absorbant tantôt la campagne environnante, tantôt des communes entières, elles façonnent la ville et lui donnent la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.
Si elles ont profondément marqué le tissu urbain, elles ont également laissé quelques traces sur le plan architectural. Cette visioconférence sera l’occasion d’une chasse au(x) trésor(s) pour en redécouvrir les traces et les vestiges.

Hôtel de Lauzun

Hôtel de Lauzun

Le duc de Lauzun n’a été propriétaire de l’hôtel que de 1682 à 1685, mais c’est son nom que la postérité a retenu. La Bruyère disait de lui « sa vie est un roman auquel il ne manque que le vraisemblable »..
Cadet de Gascogne il devint colonel des dragons (une charge créée pour lui), capitaine des gardes du corps, commandant d’armée, gouverneur du Berry.. Une ascension fulgurante permise par sa position de favori de Louis XIV. Il est célèbre pour avoir voulu épouser la Grande Mademoiselle, cousine du roi et plus beau parti de France. Mais le roi refuse le mariage sous la pression de l’Europe toute entière. Pire, ses déboires lui vaudront de passer 9 ans à Pignerol aux côtés de Fouquet et du masque de fer…

Saint-Augustin, de la Petite Pologne à l’Europe

Saint-Augustin, de la Petite Pologne à l’Europe

A l’époque de Louis XV, le quartier dit de la “Petite Pologne” était encore en friche. Une barrière d’octroi y était située, prenant le surnom d’un cabaret installé dans les environs. Souvent décrit comme un repaire de mendiants, de vagabonds et de gens sans aveux, il inspire les auteurs parisiens tels que Balzac ou Eugène Sue.

Le Gros Caillou

Le Gros Caillou

Dans l’ombre de la Tour Eiffel, caché derrière les Invalides, se trouve un quartier méconnu. A cet emplacement se trouvait jadis des îles et le canal de la Petite Seine. Une borne délimitait probablement les seigneuries de St Germain et de Ste Geneviève qui se partageaient le secteur. Le Gros Caillou se développa autour, durant le XVIIe siècle, encouragé par la construction de l’Hôpital des Invalides. Les familles des invalides s’y installèrent, les fournisseurs également.

Gustave Eiffel

Gustave Eiffel

Construite pour l’Exposition Universelle de 1889, symbole de Paris, voire de la France, la Tour Eiffel fait partie des monuments les plus célèbres au monde… Sa renommée en éclipse même celle de son créateur. Mais connait-on suffisamment celui qui a réussi à en imposer l’idée, à défaut d’en être vraiment à l’origine ?

Musée Bourdelle

Musée Bourdelle

En 1885, Antoine Bourdelle élit domicile dans le quartier Montparnasse où abondent les ateliers d’artistes. A la fin de sa vie, Bourdelle, désormais célèbre, envisage, « comme a fait Rodin », son prestigieux aîné, un musée susceptible de conserver l’intégralité de son œuvre.

Le musée ne sera inauguré qu’en 1949, conçu autour de l’appartement et des ateliers préservés, de ses jardins, il en conserve le charme originel.
Sculptures, dessins, photographies, peintures font de ce lieu intimiste un des plus attachants musées monographiques de Paris, dédié à celui qui fut l’élève de Rodin et le maître d’Alberto Giacometti et de Germaine Richier.

Giverny

Giverny

Aux portes de la Normandie, se trouve un petit paradis qui fut celui du plus grand peintre du mouvement impressionniste : Claude Monet.
Lorsqu’il s’installa dans cette maison, Claude Monet passa près de quinze ans à aménager les jardins avant de les peindre pour la première fois.. Entre les vues du Clos Normand, les allées fleuries de cet ancien verger, le jardin japonais. Les floraisons sont pensées pour s’échelonner sans arrêt d’avril à octobre.

Le Collège des Bernardins

Le Collège des Bernardins

Au cœur du Quartier Latin est construit, à partir de 1248, le collège des Bernardins pour assurer aux étudiants envoyés des abbayes cisterciennes des conditions de vie et de travail dignes à Paris. Lieu d’enseignement, prison puis caserne de pompiers, il est racheté et restauré par l’archevêché de Paris. Visite guidée d’une architecture à couper le souffle.

Le temple protestant de l’Oratoire

Le temple protestant de l’Oratoire

Nées de la Réforme au XVIe siècle, malmenées lors des Guerres de Religions, les Eglises protestantes renaissent en France au XIXe siècle grâce au Code Civil accordant la liberté de culte en 1802.
Ironie de l’Histoire, l’Oratoire fondé en 1611 par le Père de Berulle dans le but de former des prêtres capables de contrer l’influence de la Réforme, sera mis à disposition des Protestants par Napoléon en 1811…
Architecture et mobilier témoignent de ce changement et nous éclairent sur la pratique protestante en France.

Le Pré aux Clercs

Le Pré aux Clercs

Visite guidée sur les terres de l’abbaye de St-Germain-des-Prés, où l’Université de Paris possédait jadis un territoire étendu appelé le Pré-aux-Clercs.
Les Ecoliers de l’Université venaient se détendre dans cette vaste plaine, traversée de jolis ruisseaux et bordée de saules.. C’est une armée d’étudiants qui affronta les moines de l’abbaye revendiquant ces terres, devenues tantôt lieu privilégié des duels parisiens ou quartier d’accueil des Protestants, pourchassés, qui profitèrent habilement de cette double juridiction…
A l’ombre du Musée d’Orsay, belles demeures et petites ruelles révèlent le charme de ce quartier, où la Reine Margot elle-même vint s’installer pour jouir de l’alliance de la ville et des champs..

Demeure d’une courtisane, La Païva

Demeure d’une courtisane, La Païva

Précieux témoignage du rôle complexe des demi-mondaines parisiennes sous le second Empire : la Marquise de la Païva fut un des personnages les plus en vue de la société du temps.
Au bas de l’avenue des Champs Elysées, qui commençait tout juste à se construire, elle se fit aménager « le plus bel hôtel de Paris. Là, après un salon luxueux où elle recevait Théophile Gautier, les frères Goncourt ou Mérimée, un magnifique escalier en onyx mène dans les anciens appartements, où se réunissent aujourd’hui les membres du très select Travellers Club.

La Chapelle Expiatoire

La Chapelle Expiatoire

Ecrin de verdure le long du tumultueux boulevard Haussmann, le square Louis XVI abrite la Chapelle Expiatoire. Construite à la demande de Louis XVIII, à l’emplacement d’un ancien cimetière révolutionnaire, d’où il fit exhumer le corps de son frère et de Marie – Antoinette, qui avaient été jetés à la fosse commune en 1793 tout comme Charlotte Corday ou Olympe de Gouges…
Avec la Basilique de Saint-Denis, la Chapelle Expiatoire est un des lieux de mémoire de la monarchie française, mais contrairement à la première, c’est l’architecture néo-classique qui y fut mise à l’honneur..
La visite se poursuivra par une déambulation dans les rues avoisinantes, riches de magnifiques façades…

Déambulation au Marché aux puces

Déambulation au Marché aux puces

Piqueurs, biffins et chiffonniers, poussés hors de Paris à partir du XIXe siècle, organisent le premier et le plus grand des marchés aux puces. Des fripes du Marché Malik à la brocante de Vernaison, les marchés se succèdent sans se ressembler et révèlent leurs trésors : du bibelot le plus simple aux meubles luxueux.. une promenade historique et dépaysante dans les allées de ce marché de renom.

St Sulpice, à l’ombre de St-Germain-des-Prés

St Sulpice, à l’ombre de St-Germain-des-Prés

Dans l’ombre de Saint-Germain-des-Prés fut construite au XVIIe siècle la majestueuse église Saint-Sulpice sur un ancien sanctuaire médiéval. Dans l’esprit de la Contre-Réforme, l’église abrite des sculptures remarquables du XVIIIe siècle, mais est surtout célèbre pour sa Chapelle des Saints-Anges, dernier chef-d’œuvre de Delacroix.

Musée Nissim de Camondo

Musée Nissim de Camondo

Le musée Nissim de Camondo est entièrement consacré à l’art décoratif français de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Y sont présentés quelques-uns des plus beaux meubles et objets du temps de Louis XV et Louis XVI : chaises du salon turc de Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, tapis de la Savonnerie commandé pour la Grande Galerie du Louvre, pièces du service d’argenterie offert par la Grande Catherine à son favori Orloff, secrétaire à rideau d’Oeben…

Le Pont-Neuf, le mal nommé

Le Pont-Neuf, le mal nommé

Lorsque la première pierre du pont fut posée en 1578, Henri III, vêtu de noir, tenait dans sa main un chapelet aux grains en forme de têtes de mort et pleurait.. Achevé par la volonté d’Henri IV, lieu de promenade et de commerces de toutes sortes, la traversée était rythmée par les voix des crieurs comme des arracheurs de dents.. Redécouvrez l’histoire de ce pont incontournable de l’Ancien Régime, haut en couleurs, où l’on était “toujours sûr de rencontrer, à n’importe quelle heure, un moine, un cheval blanc et une putain”

Le Marais

Le Marais

Ancienne zone marécageuse, le Marais se développe à partir du XIe siècle grâce à l’installation des ordres religieux. Il connaît son essor avec la création de la place des Vosges qui attira toute la noblesse parisienne. Magnifiques hôtels particuliers, jardins, cours mais aussi complots et rivalités font de cette visite un témoignage exceptionnel de ce Paris des siècles passés miraculeusement préservé.

L’île Saint Louis

L’île Saint Louis

Parmi les îles qui émergeaient au centre de Paris, il en est une qui a peu varié au cours des siècles : propriété du chapitre de Notre Dame depuis le IXe siècle, elle était appelée l’île Notre-Dame. Dégagée, elle fut choisie par saint Louis qui y adouba son fils et y reçu la bénédiction pontificale avant de partir en Croisade, événements qui devaient par la suite lui donner son nom.

Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris

Au cœur de la capitale, elle rythme la vie des Parisiens depuis le XIIe. Illustre témoignage des constructions du Moyen Age, chef d’œuvre de l’architecture gothique.
Après l’émotion vient le temps de la préservation et de la reconstruction. L’occasion de s’interroger sur les enjeux de la reconstruction, les règles applicables aux monuments nationaux et leur raison d’être et de passer en revue les différents projets..

La Bibliothèque Richelieu

La Bibliothèque Richelieu

Héritière des collections royales constituées depuis la fin du Moyen Âge, sans cesse augmentées au cours des siècles, la Bibliothèque nationale a élu domicile sur le site Richelieu depuis le XVIIe siècle. Ancien palais du Cardinal Mazarin, le site a été transformé avec génie par Labrouste, dont la grande salle de lecture vient d’être restaurée. La grande salle ovale, restaurée également rouvre aux visiteurs cette année
Une promenade dans les rues du quartier permettra ensuite de découvrir les anciens théâtres, belles façades et même les anciennes maisons closes du quartier.

Les Grands Boulevards

Les Grands Boulevards

Visite des grands boulevards, ancienne enceinte militaire de Paris, à la limite entre ville et campagne, conquirent au XIXe siècle une foule de Parisiens fascinés par l’animation régnant autour des cafés, des spectacles en plein air et des théâtres.
Visite guidée sur les pas des Muscadins, gandins et autres Merveilleuses à la découverte des lieux de distraction qui ont fait le succès de cette promenade : le Grand Rex, l’Opéra Comique, la Maison Dorée où l’on mangeait la meilleure côtelette de Paris et le Café Anglais, le plus couru d’Europe sous le Second Empire…

La Madeleine et la Ville l’Evêque

La Madeleine et la Ville l’Evêque

Avec le rattachement de l’ancien faubourg de la Ville l’Evêque à la Ville de Paris apparaît la nécessité d’une nouvelle église. Conçue sous Louis XV pour être un pendant sur la rive droite de Sainte Geneviève, détruite sous Louis XVI, transformée en Temple de la Gloire sous l’Empire, la Madeleine connaîtra de nombreux aléas et revirements. Monument original, comparable à aucun autre dans Paris, il révèle à l’intérieur des trésors de peinture et de sculpture qui en firent l’église mondaine du second Empire et de la IIIe République.
Avantageusement situé, le quartier autour se développera grâce aux commerces, passages et cités charmantes, tirant profit des belles perspectives urbaines de l’Ancien Régime comme des aménagements Haussmanniens..

Musée Jean-Jacques Henner

Musée Jean-Jacques Henner

La plaine Monceau s’est développée tardivement à la fin du XIXe siècle, à la suite des travaux d’Haussmann et du réaménagement du Parc Monceau sous le IInd Empire.
Nouveau quartier à la mode recherché par les riches industriels, les banquiers, les comédiens et les artistes les plus en vue. Dans l’ancien hôtel du peintre Guillaume Dubufe, fut ouvert en 1924, le musée consacré à l’œuvre de Jean-Jacques Henner (1829-1905).
Ses collections retracent l’itinéraire d’un artiste qui, au début du XXe siècle, était considéré comme l’un des plus importants de son temps. Des débuts alsaciens de l’artiste, son séjour à la Villa Médicis, ses grandes commandes sont à redécouvrir dans un bâtiment entièrement rénové et restauré dans l’esprit éclectique de la IIIe République.

Versailles et ses jardins

Versailles et ses jardins

Si au début de son règne Louis XIV ne fait qu’embellir le pavillon de chasse de son père, il décide bien vite de l’agrandir, dès 1668, et même d’en faire sa résidence officielle en 1682. Entouré de jardins somptueux, découvrez les Appartements du Roi, la Galerie des Glaces et les Appartements de la Reine; revivez les grands moments de l’Histoire de France du temps de Louis XIV à la Révolution..

Musée Gustave Moreau

Musée Gustave Moreau

Au cœur de la Nouvelle Athènes, dans l’actuel 8e arrondissement, s’établirent au XIXe s de très nombreux artistes de premier plan parmi lesquels figurait le peintre Gustave Moreau. Certes oublié aujourd’hui, il possédait une confortable fortune, héritée de ses parents et augmentée par les prix élevés de ses toiles, qui ornent aujourd’hui les cimaises des plus grandes institutions.
Peintre symboliste, féru de peinture italienne, de mythologie antique, il enrichi ses toiles de motifs inspirés d’Inde ou d’Asie.. Au soir de sa vie, sans descendance, Gustave Moreau transforme sa maison-atelier en musée pour montrer « la somme de travail » que représente sa peinture. Dans une extraordinaire muséographie, créée par l’artiste et miraculeusement conservée, sont présentées peintures, aquarelles ou dessins qui donnent vie à ce lieu unique, où l’on s’attend à tout instant à croiser l’artiste lui-même.

Musée Cognacq Jay

Musée Cognacq Jay

La collection du musée Cognacq-Jay a été léguée par Ernest Cognacq à la Ville de Paris en 1928. D’origine modeste, le couple formé par Ernest Cognacq et son épouse Marie-Louise Jay constitue un remarquable exemple d’ascension sociale liée à l’essor des grands magasins à la fin du XIXe siècle. Parti de rien, le couple bâtira un empire autour de la Samaritaine : révolutionnaires par leurs techniques de vente, philanthropes, les époux Cognacq-Jay seront également d’avides collectionneurs.

Si une partie seulement de leur collection est parvenue jusqu’à nous, elle n’en dresse pas moins un panorama unique des arts du Siècle des Lumières. Au milieu des boiseries et des meubles des plus grands ébénistes de l’époque voisinent les toiles de Chardin, Watteau ou Fragonard avec des œuvres de Guardi, Canaletto ou Tiepolo ou encore des porcelaines de Chine ou de Meissen.. Bien plus que les arts, c’est tout l’esprit du XVIIIe siècle qui se dévoile.

Le Val de Grâce

Le Val de Grâce

Fastueux ermitage d’Anne d’Autriche, témoignage de sa dévotion après la naissance du futur Louis XIV, attendue pendant 21 ans..
Au coeur d’une des abbayes les plus florissantes du XVIIe s’élève l’église élaborée par François Mansart, entre classicisme français et baroque italien. Une église fastueusement décorée, aux voûtes toutes ciselées, toute parée de marbres et surmontée de la somptueuse coupole peinte par Mignard.
Un chef d’œuvre d’architecture, de sculpture et de peinture réunies.

Conflans Sainte Honorine

Conflans Sainte Honorine

Le musée de la capitale nationale de la Batellerie est le plus important des musées consacrés à l’histoire de la navigation intérieure. Musée « à la croisée des chemins qui marchent » selon l’expression de Blaise Pascal, il nous éclaire sur les différentes techniques de navigation et leurs évolutions grâce à de magnifiques maquettes et nous fait découvrir l’univers méconnu des « gens de l’eau ».

La cathédrale russe

La cathédrale russe

A partir du XVIIIe siècle, les Russes s’installent nombreux en France, si bien qu’au XIXe siècle, leur seul lieu de culte, à l’ambassade, est devenu trop étroit.. En 1847, l’aumônier de l’ambassade russe, le père Joseph Vassiliev, décide de mettre en projet la construction d’une église permanente. L’inertie du gouvernement russe et les lenteurs administratives françaises retardent l’aboutissement du projet, mais Napoléon III finit par donner son accord et l’édifice sera consacré en 1861.. Foyer de la culture russe de Paris, elle est dédiée à saint Alexandre Nevsky, prince de Novgorod, grand héros de la Russie.. Icones, fresques de la crypte nous font voyager dans la culture russe et la tradition orthodoxe..

La Butte aux Cailles

La Butte aux Cailles

Sur la plus haute butte de la rive gauche, l’ancienne propriété de Pierre Caille a gardé des allures de village du XIXe s… Loin des axes de circulation et des transformations d’Haussmann, cette butte d’où l’on extrayait la glaise fut façonnée par la Bièvre et les petits métiers liés à cette rivière. Glaciers, teinturiers, tanneurs et mégissiers partageaient la Bièvre avec les meuniers et autres lavandières..
Sur cette hauteur, un nouveau type de logements ouvriers se développe, à l’image des cités-jardins : Petite Alsace, Villa Daviel, etc.. havres de verdure installés autour du puits artésien qui aujourd’hui encore approvisionne les habitants du quartier.

Pigalle et les artistes

Pigalle et les artistes

A mi chemin entre Montmartre et la Nouvelle Athènes, se développe au XIXe siècle tout un quartier d’artistes sis sur l’ancien Mur des Fermiers généraux. Place Pigalle, où se trouvait avant la Révolution la “Barrière Montmartre”, les premiers omnibus déversent leurs flots de modèles, les cafés fleurissent et s’y retrouvent plusieurs générations d’artistes sans le sou et dont les ateliers sont trop étroits pour recevoir.. Au Café Guerbois, marchands de couleurs, galeries et artistes ont rendez-vous avec la Fée verte avant de gagner les boulevards, le Moulin Rouge ou le Théâtre de l’Elysée Montmartre…

Les Tuileries

Les Tuileries

Les Tuileries ont été créées par Catherine de Médicis, qui choisit un site hors Paris pour s’en désintéresser après dix ans de travaux. L’aménagement actuel est l’héritage de Louis XIV et de son fidèle jardinier André Le Nôtre. Devenu musée de sculptures en plein-air, les Tuileries n’ont cessé d’accueillir banquets, manifestations ou expériences scientifiques les plus surprenantes.

Le Parc Montsouris et son quartier

Le Parc Montsouris et son quartier

Créé sous l’impulsion de Napoléon III, à l’emplacement des anciennes carrières de Montrouge, ce magnifique parc de 15 hectares devait devenir le poumon vert du sud de Paris et attirer autour de lui la belle société qui faisait défaut à ce quartier.. Malgré de nombreux déboires (le lac artificiel se vidant mystérieusement en une nuit de mai 1878 ! ) l’ingénieur Alphand su mettre à profit les aspérités du terrain pour embellir le parc et en faire rejaillir tout le prestige sur l’Empire..

L’île de la Cité

L’île de la Cité

Au coeur de la capitale, l’île de la Cité occupe depuis les origines un emplacement stratégique. Bien que métamorphosée au XIXe siècle, elle révèle encore les nombreux témoignages de son passé : traces des fortifications antiques, ruelles et maisons médiévales, place Dauphine… Les siècles se côtoient pour nous permettre de redécouvrir l’histoire de notre capitale lors de cette visite guidée.

L’Hôtel Cail

L’Hôtel Cail

L’hôtel Cail, actuelle mairie du VIIIe arrondissement, est l’un des rares beaux exemples d’architecture du Second Empire ayant conservé une partie de son décor à être encore accessible dans Paris. Cette somptueuse demeure édifiée dans les années 1860 en bordure de la Plaine Monceau vous ravira par ses décors à découvrir lors d’une visite guidée.

La plaine Monceau

La plaine Monceau

A la limite de Paris se déployait le Parc Monceau, un extraordinaire jardin à l’anglaise de 13 hectares conçu au XVIIIe siècle et que l’Etat, la famille d’Orléans et les promoteurs allaient se disputer… Bien que réduit et transformé, il reste parmi les plus beaux de Paris. En bordure du parc, un quartier résidentiel et luxueux concentre un échantillon des plus beaux hôtels particuliers de la capitale.

Les Passages Couverts

Les Passages Couverts

Issus d’opérations immobilières facilitées par les saisies révolutionnaires, favorisés par un urbanisme encore médiéval et surtout mus par la naissance d’une société de loisirs avide de consommation ; les passages couverts sont la transposition parisienne des bazars orientaux. Découvrez ces passages au charme suranné qui sauront vous séduire.

La Sainte-Chapelle

La Sainte-Chapelle

Au cœur de l’ancien Palais de la Cité, sur l’île du même nom, le roi de France Louis IX fait édifier dans les années 1240 une magnifique chapelle. Ecrin de vitraux, la chapelle est un joyau de l’architecture gothique conçu sur deux niveaux pour abriter les plus précieuses reliques de la chrétienté.

L’Hôtel de la Marine

L’Hôtel de la Marine

Comme un décor de théâtre sur l’une des places les plus célèbres de Paris, l’Hôtel de la Marine est l’un des rares édifices de l’ancienne administration royale ouvert au public. La petite histoire se mêle à la grande dans ces espaces entièrement restaurés ; les salles d’apparat et les anciens appartements privés dévoilent le faste et la grandeur de la monarchie.

Saint André des Arts

Saint André des Arts

Au début du XIIIe s, l’érection de la muraille de Philippe-Auguste coupe le domaine de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés en deux parties, créant une nouvelle paroisse à l’abri des remparts : la paroisse Saint-André. Par sa situation exceptionnelle elle attire révolutionnaires, libraires, éditeurs ou magistrats qui y font construire de beaux hôtels particuliers.

Musée du Louvre

Musée du Louvre

Le Musée du Louvre occupe l’ancien palais des rois de France, depuis 1793. Dans un cadre majestueux sont exposées 35 000 œuvres de l’art occidental du Moyen Age à 1948 ainsi que les civilisations antiques. Une richesse inégalée au centre de Paris qui en fait le plus grand musée d’art et d’antiquités au monde.

Montmartre

Montmartre

Promenade dans l’un des quartiers incontournables de la capitale : au cœur de la butte Montmartre. Indissociable de l’image de Paris, il en est pourtant bien différent du reste de la ville avec ses nombreuses maisons, ruelles en escalier, vignes et cabarets.

Les Tuileries, conférence

Les Tuileries, conférence

Une conférence pour redécouvrir le palais de Catherine de Médicis et ses jardins. Un palais si beau qu’il en éclipsait le Louvre, et où la famille royale s’installait quand elle n’était pas à Versailles. Dans ce palais et ses jardins se tinrent d’incroyables réceptions, des expériences inouïes comme des événements tragiques qui marquèrent l’histoire de France.

Les places Royales

Les places Royales

De Henri IV à Louis XV, les rois de France ont élevé à Paris de somptueuses places pour séduire les promeneurs parisiens et célébrer la gloire de la France et des Bourbons. Promenade virtuelle sur ces lieux chargés d’histoire à la redécouverte de leur allure première et de leurs raisons d’être.

Egyptomania

Egyptomania

Bien avant la campagne d’Egypte du général Bonaparte, les Français appréciaient les motifs égyptiens, Mais le XIXe siècle voit naître une véritable passion pour la civilisation égyptienne dans son ensemble.
Pour qui ouvre l’œil, pyramides, sphinx et obélisques surgissent au détour des rues et des places parisiennes. Laissez-vous transporter à Paris sur le Nil le temps d’une conférence.

Auvers-sur-Oise

Auvers-sur-Oise

Situé à 35 km au Nord-Ouest de Paris, le village d’Auvers-sur-Oise a gardé son charme d’antan et l’aspect pittoresque qui a séduit de nombreux artistes. Des paysagistes Daubigny et Corot au caricaturiste Daumier, ils y attirèrent à leur suite toute la jeune génération : Pissarro, Cézanne et bien sûr Van Gogh. Promenade sur leurs pas pour découvrir ces lieux qu’ils ont fait passer à la postérité.

Fantasmagorie à Vendôme

Fantasmagorie à Vendôme

Un cocktail au Ritz ? Un dîner au Club de l’Entresol ? Un spectacle de cirque ou une initiation à l’art de faire parler les fantômes en public ? Choisissez votre programme pour un voyage au cœur de la plus luxueuse (et peut-être la plus belle) place de Paris où se sont succédés, au fil des siècles, les Parisiens les plus riches et peut-être aussi les plus créatifs…

Opéra Garnier

Opéra Garnier

L’Opéra de Paris a connu douze emplacements successifs depuis sa création en 1669 jusqu’à la construction de l’Opéra Garnier. Si celle-ci traina en longueur du fait des difficultés et de l’instabilité politique, Charles Garnier réalisa une œuvre d’art totale, une « fantasmagorie » pour émerveiller les spectateurs.
A votre tour, laissez-vous emporter loin des désordres de la vie de tous les jours et de tous ses dangers pour accéder au rêve éveillé !

Les Grands Magasins Parisiens

Les Grands Magasins Parisiens

Alors que la concurrence de la vente en ligne se fait de plus en plus forte, les Grands Magasins sont, à l’image de la Samaritaine, obligés de se réinventer. Retour aux sources du commerce pour comprendre les raisons et enjeux du développement des Grands Magasins et les bouleversements sociaux qu’ils nous ont apportés.

Le village de Passy

Le village de Passy

La découverte d’eaux sulfatées et ferrugineuses rendit Passy célèbre et entraina l’expansion du village, la création de nombreuses attractions et bientôt attira toute la bonne société…
A découvrir au détour des ruelles au charme champêtre…