La Terre tourne au Panthéon

Visite guidée

1h30

25 participants

Lorsqu’en 1790 se pose la question de déplacer le tombeau de Voltaire puis d’inhumer Mirabeau, l’église Ste-Geneviève fait rapidement consensus : commencée sous Louis XV, elle n’a jamais été consacrée. Transformée, décorée, elle accueille dans sa crypte les Grands Hommes, parmi lesquels quelques femmes…

Grâce à ses dimensions, elle fut également un lieu d’expérimentation pour les scientifiques du Second Empire…

La basilique Sainte-Geneviève

Durant tout le XIXe siècle, pour quiconque se rend à Paris, la silhouette du Panthéon est la première que l’on aperçoit en approchant de la capitale. Au sommet de la Montagne Sainte Geneviève, au coeur du Quartier Latin, des écoles et des universités, le Panthéon domine tout Paris.

C’est en effet sur cette montagne, emplacement de l’ancien forum romain, que Clovis fonde en 507 une basilique destinée à abriter sa sépulture et celle de son épouse. L’accès depuis l’île de la Cité en est facile grâce à la présence de l’ancien Cardo Maximus, devenu rue St Jacques, et principal axe nord-sud de la capitale depuis l’occupation romaine.

La pieuse Geneviève, dont le nom signifie « fille du Ciel » y est également inhumée (juste avant ou juste après, selon les sources…) Un honneur qu’elle doit à sa force de caractère et à son courage, lorsqu’elle convainc, en 451, les habitants (surtout les habitantes) de Paris de ne pas abandonner leur cité aux Huns. Leurs prières ont-elles été entendues ? Attila épargne Paris, et sainte Geneviève est, depuis, la sainte patronne de Paris.

En 1744, au cours de la guerre de Succession d’Autriche, Louis XV tombe gravement malade à Metz. Le roi fait alors le vœu, s’il survit, d’ériger une église dédiée à sainte Geneviève. Rétabli et de retour à Paris, il charge son directeur général des bâtiments, le marquis de Marigny, d’édifier une l’église en lieu et place de l’ancienne abbaye Sainte-Geneviève, alors en ruine.

Classique ou gothique ? Un gâteau de Savoie !

Le chantier de Sainte-Geneviève illustre l’ambitieuse politique des arts et d’embellissement des villes que mène Louis XV, dont le prestige est affaibli par le traité d’Aix-la-Chapelle (guère favorable à la France) et alors que le pays est agité par les querelles entre Jésuites et Jansénistes.

Au sein de la cour, une autre querelle agite les architectes, et c’est grâce au Marquis de Marigny, l’intrigant frère de la Marquise de Pompadour, que l’architecte royal est écarté au profit de Germain Soufflot. Ce dernier y pose les bases d’un nouveau vocabulaire architectural. Issue du gothique, non pas dans ses formes mais dans ses procédés de constructions, l’église Sainte-Geneviève renoue avec la rationalisation de l’art antique pour dégager des lignes élégantes susceptibles d’évoquer le recueillement. Ce style néoclassique n’était pas vraiment du goût de Victor Hugo, qui lui préférait le gothique, et aurait dit du Panthéon qu’il était « le plus beau gâteau de Savoie qu’on ait jamais fait en pierre » ! Ses funérailles, en  1885, transforment néanmoins de manière définitive l’église en temple laïc où reposent avec lui 74 hommes et bientôt 6 femmes…

Pour la petite histoire….

En  janvier 1851, Léon Foucault met au point dans sa cave l’expérience scientifique qui démontre la rotation de la Terre, sans le recours aux étoiles mais grâce à un simple pendule. Dès le mois de février, il reproduit l’expérience devant témoins à l’Observatoire de Paris : les scientifiques accourent après avoir reçu l’intrigant carton d’invitation « à venir voir tourner la Terre » !

Le 31 mars 1851, grâce au soutien et au goût des sciences du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, l’expérience se tient sous la coupole du Panthéon, et ce jusqu’au coup d’Etat de décembre. Rendue au culte, l’expérience scientifique est déplacée avant d’être réinstallée de nouveau en 1902. Depuis 1995, le pendule de 1851 est rétabli sous la coupole du Panthéon, où vous pouvez toujours venir « voir tourner la Terre »

J’ai participé avec mon entreprise à plusieurs visites organisées par Marjorie (Montmartre, les passages couverts, l’Opéra Garnier, le musée de l’Orangerie…) et j’ai adoré la façon dont elle raconte les lieux, leur histoire ainsi que les anecdotes. Elle est même parvenue à me faire apprécier des oeuvres que je considérais sans intérêt en les replaçant dans le contexte de l’époque et de leur auteur ! Encore merci Marjorie et à bientôt pour de nouvelles visites.
Christine S

Le 08/06/2021

Visites très intéressantes, toujours très renseignées par une professionnelle très disponible, conviviale. Toujours un plaisir de vous suivre, Marjorie.

Annie Cabart

Mars 21

Crédits photos : Les Bonnes Visites, Gaimard et Saurenlaursen sur Pixabay

Vous apprécierez aussi…

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Musée Marmottan – Monet

Musée Marmottan – Monet

Au détour du Jardin du Ranelagh, dans l’ancien pavillon de chasse du duc de Valmy, le riche amateur d’art Paul Marmottan créa un magnifique musée, relativement confidentiel, dont les collections se consacraient à l’Empire. Vous y découvrirez des œuvres prestigieuses de Caillebotte, Manet, Degas, Renoir ainsi qu’une belle collection d’œuvres de Berthe Morisot et surtout la plus grande collection au monde de toiles de Claude Monet.