Musée Jean-Jacques Henner

Visite guidée

1h30

2 personnes

Au cœur « du plus artistique des quartiers d’artistes », le musée récemment restauré est consacré à la carrière de Jean-Jacques Henner, peintre qui était considéré comme l’un des plus importants de son temps ! Grâce aux nombreuses œuvres provenant de son atelier, et dans un cadre miraculeusement préservé, rare témoignage accessible au public de l’architecture privée de la Troisième République, le musée permet de comprendre comment travaillait un peintre « officiel » à l’époque de l’Impressionnisme.

Un atelier d’artiste au cœur de la plaine Monceau

A partir des années 1870, le quartier de la Plaine Monceau voit fleurir le long des axes tracés précédemment par le préfet Haussmann hôtels particuliers et maisons d’artistes. Loin de l’encombrement et de la promiscuité du centre de Paris, les architectes rivalisent de créativité pour plaire aux riches industriels, banquiers, comédiens et artistes les plus en vue qui s’installent aux alentours du Parc Monceau. Le long du nouveau boulevard Malesherbes, ou de l’avenue de Villers, sur le chemin de Boulogne, de son pèlerinage, son bois et son hippodrome, ce nouveau quartier devient le centre névralgique de la vie mondaine. Plusieurs fois par semaine, peintres et écrivains se retrouvent dans les salons à la mode où se mêlent aristocratie, bourgeoisie et personnalités politiques. Dîners et bals complètent ce calendrier mondain chargé, qui ne serait pas complet sans un alibi artistique et culturel…  Tout ce beau monde se donne donc rendez-vous chaque vendredi dans les ateliers des artistes à la mode.

De même que le nombre de voitures stationnées devant l’atelier chaque vendredi, l’architecture et l’aménagement de ce dernier témoignent du succès du peintre. Le musée Henner, réinstallé dans l’hôtel de son contemporain Guillaume Dubufe surprend par l’éclectisme de son décor, le jardin d’hiver, la chambre orientale ornée de moucharabieh.

Henner l’incontournable tombé dans l’oubli

Dans ce cadre extraordinaire, les collections du musée retracent l’itinéraire d’un artiste qui, au début du XXe siècle, était considéré comme l’un des plus importants de son temps. Né dans le sud de l’Alsace en 1829, il vient étudier la peinture à Paris à 17 ans grâce à une bourse du département du Haut-Rhin. Après deux échecs, il remporte le prestigieux Prix de Rome en 1858 et part donc parfaire sa formation dans la Ville Eternelle. Lors de l’annexion de l’Alsace par l’Empire allemand en 1871, il choisit la nationalité française mais conserve des liens forts avec sa région d’origine où il revient chaque année. Il connaît rapidement le succès, cumulant commandes de portraits et achats par l’Etat ; il expose pendant quarante ans ses œuvres au Salon où il reçoit de nombreuses médailles. Académicien, Grand officier de la Légion d’Honneur, son parcours est aussi brillant qu’il est oublié aujourd’hui !

Les œuvres présentées au musée permettent de redécouvrir cet artiste si méconnu, ses portraits d’une beauté saisissante, son amour pour l’Alsace et les femmes (au point de leur ouvrir avec Carolus-Duran « l’atelier des Dames », un atelier de peinture réservé aux femmes artistes alors refusées à l’Ecole des Beaux-Arts). Dessins, esquisses (sur des supports parfois aussi surprenants qu’un couvercle de boîte de cigares) côtoient les toiles achevées pour nous montrer l’envers du décor et le travail de ce peintre injustement oublié.

Pour la petite histoire….

Parmi les œuvres emblématiques du musée Jean-Jacques Henner figure L’Alsace – Elle attend peinte en 1871. Le tableau fut offert par sa commanditaire à Gambetta qui était alors l’un des plus farouches opposants à l’abandon de l’Alsace-Lorraine au nouvel Empire allemand suite à la défaite de 1870. D’après le critique Jules-Antoine Castagnary, Gambetta montrait le tableau à ses visiteurs en disant « c’est ma fiancée ! ».

J’ai participé avec mon entreprise à plusieurs visites organisées par Marjorie (Montmartre, les passages couverts, l’Opéra Garnier, le musée de l’Orangerie…) et j’ai adoré la façon dont elle raconte les lieux, leur histoire ainsi que les anecdotes. Elle est même parvenue à me faire apprécier des oeuvres que je considérais sans intérêt en les replaçant dans le contexte de l’époque et de leur auteur ! Encore merci Marjorie et à bientôt pour de nouvelles visites.
Christine S

Le 08/06/2021

Le professionnalisme, les connaissances historiques et culturelles, la pédagogie de Marjorie ont rendu cette “visite” sur les Expositions Universelles hyper intéressante et enrichissante. Nous aurions pu continuer à l’écouter pendant des heures. Hâte de la retrouver pour les visites dans Paris.
Mélanie Dufond

Crédits photos : (c) Hartl-Meyer 
 

Programmes associés

Musée Gustave Moreau

La plaine Monceau

L’Hôtel Cail

Vous apprécierez aussi…

La Terre tourne au Panthéon

La Terre tourne au Panthéon

Lorsqu’en 1790 se pose la question de déplacer le tombeau de Voltaire puis d’inhumer Mirabeau, l’église Ste-Geneviève fait rapidement consensus. Commencée sous Louis XV, elle n’a jamais été consacrée. Transformée, décorée, elle accueille dans sa crypte les Grands Hommes. Grâce à ses dimensions, elle fut également un lieu d’expérimentation pour les scientifiques du Second Empire…

Musée Marmottan – Monet

Musée Marmottan – Monet

Au détour du Jardin du Ranelagh, dans l’ancien pavillon de chasse du duc de Valmy, le riche amateur d’art Paul Marmottan créa un magnifique musée, relativement confidentiel, dont les collections se consacraient à l’Empire. Vous y découvrirez des œuvres prestigieuses de Caillebotte, Manet, Degas, Renoir ainsi qu’une belle collection d’œuvres de Berthe Morisot et surtout la plus grande collection au monde de toiles de Claude Monet.

Musée Rodin

Musée Rodin

Au cœur du 7e le musée Rodin occupe le magnifique hôtel particulier dans lequel Auguste Rodin et quelques autres membres de la bohême artistique du début du XXe avaient élu domicile. La visite guidée se poursuit parmi les bronzes exposés dans le cadre exceptionnel des grands jardins à la française qui entourent le musée.

Les Expositions Universelles

Les Expositions Universelles

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.