Le Musée Rodin

L’œuvre d’une vie

Visite

1h30

Par groupes de 25 personnes

Au cœur du 7e arrondissement, le musée Rodin occupe le magnifique hôtel particulier dans lequel Auguste Rodin et quelques autres membres de la bohême artistique du début du XXe siècle avaient élu domicile. Parmi les sculptures en marbre et en terre du maître sont également présentées les œuvres de sa collection personnelle regroupant des chefs d’œuvre de Camille Claudel, Claude Monet ou Vincent Van Gogh..

La visite guidée se poursuit parmi les bronzes exposés dans le cadre exceptionnel des grands jardins à la française qui entourent le musée.

Le cadre exceptionnel de l’Hôtel Biron

Cette demeure raffinée a été édifiée entre 1728 et 1730 par un architecte de premier plan, Ange-Jacques Gabriel, et décorée par le premier peintre du roi François Lemoyne. Le duc de Biron en fait l’acquisition en 1853 et aménage des jardins qui sont alors d’une grande notoriété.  Le duc meurt juste avant la Révolution, qui loue le domaine à des entrepreneurs de bals publics. Tour à tour siège de la légation pontificale puis ambassade de Russie, il devient en 1820 un pensionnat pour jeunes filles de l’aristocratie ce qu’il restera jusqu’en 1905. Promis à la démolition depuis les lois de séparation de l’Eglise et de l’Etat, le lieu est investi par les artistes tels que la danseuse Isadora Duncan, le peintre Henri Matisse ou le poète Jean Cocteau.

C’est l’écrivain Reiner Maria Rilke, alors secrétaire particulier d’Auguste Rodin, qui lui fait découvrir cet endroit où cohabite la bohême artistique. Rodin y prend un atelier, tout en continuant de loger et de travailler à la Villa des Brillants à Meudon. Mais en 1911, l’Etat devient propriétaire du domaine et en affecte une partie de ses trois hectares au Lycée Victor Duruy. Les artistes doivent être expulsés. Rodin décide dès lors de remettre l’intégralité de ses œuvres et collections à l’Etat si celui-ci lui consacre un musée dans ce lieu. Après de longues tractations, le musée est ouvert en 1919, deux ans après la mort de l’artiste.

Le marbre et la chair

Bien qu’influencé par ses maîtres comme par les collections qu’il réunit, Rodin a une démarche artistique très nettement identifiable et en même temps quasiment inclassable. Sa manière de travailler par masse, de laisser des zones entières de l’œuvre à l’état brut, d’aller à l’essentiel comme d’accentuer certains détails le rattache à l’Expressionnisme. Et pourtant, l’expression de sa passion, de sa mélancolie et de sa souffrance, notamment dans sa relation avec Camille Claudel, renvoie directement au Symbolisme.

Le corps humain, masculin ou féminin, est le sujet principal de son œuvre très vaste composée d’environ 7 000 sculptures, 10 000 dessins et autant de photographies. Travailleur infatigable, il s’adonne à toutes les techniques de la gravure à la pâte de verre, de la photographie au bronze et bien sûr le marbre. Le modelage reste toutefois son mode d’expression privilégié, et sa réflexion sur l’ajout de matière, les marques laissées par son travail sur l’œuvre, la reprise incessante de certains motifs ajoutés, cassés, transformés, sont caractéristiques de son travail et en font le premier grand sculpteur moderne français.

Une diversité et une richesse à découvrir et à explorer dans le cadre exceptionnel de l’Hôtel Biron.

Pour la petite histoire

Bien que connu et reconnu de son vivant, les relations de Rodin avec ses commanditaires sont loin d’être simples. La Porte de l’Enfer est la première grande commande publique que reçoit Rodin en 1880. Porte monumentale pour un musée des Arts Décoratifs qui ne verra jamais le jour, le premier projet représente tous les personnages des neuf cercles de l’Enfer de Dante. Mais au bout de vingt ans de travaux Rodin ne présente qu’une porte vide lors de l’Exposition Universelle de 1900 ! Travaillant durant toute sa carrière sur ces groupes de personnages, qui deviennent des œuvres autonomes, Rodin meurt en 1917 sans les avoir inclus sur sa porte. Les tirages visibles aujourd’hui sont donc tous posthumes.

Par hasard, je “tombe” sur votre site. Je vous “re”connais. Permettez-moi de vous dire que vous êtes toutes deux extraordinaires. Vous captivez votre auditoire par vos connaissances, votre énergie, votre passion et votre simplicité. J’ai découvert des expositions temporaires grace à vous deux, à tour de rôle, et par l’intermédiaire de mon association. Continuez de nous enchanter et de nous transporter vers la culture.

Monique D

Le 10/10/2018

Un programme artistique , culturel et historique de très grande qualité. Marjorie a le don de transmettre son enthousiasme et de partager ses connaissances. En cette période de confinement nous ne pouvons que vous inciter à choisir un thème à découvrir ou à approfondir pour vous faire une idée par vous-même .Vous ne le regretterez pas .Merci Marjorie. Anny et Guy

Guy R

Le 26/03/2021

Crédits photos : pieonane et jstarj sur Pixabay

Programmes associés

Musée Bourdelle

Vous apprécierez aussi…

Musée Marmottan – Monet

Musée Marmottan – Monet

Au détour du Jardin du Ranelagh, dans l’ancien pavillon de chasse du duc de Valmy, le riche amateur d’art Paul Marmottan créa un magnifique musée, relativement confidentiel, dont les collections se consacraient à l’Empire. Vous y découvrirez des œuvres prestigieuses de Caillebotte, Manet, Degas, Renoir ainsi qu’une belle collection d’œuvres de Berthe Morisot et surtout la plus grande collection au monde de toiles de Claude Monet.

Les Buttes Chaumont et la Mouzaïa

Les Buttes Chaumont et la Mouzaïa

Inauguré à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, le parc des Buttes-Chaumont est l’un des plus curieux et des plus pittoresques à Paris. Cascades, grottes et fabriques rythme le parcours et le promeneur jouit d’un panorama exceptionnel sur Paris. Puis, les villas de la Mouzaia, havres de paix perdus dans la verdure, invitent à poursuivre la flânerie dans ce quartier au charme désuet de la fin du XIXe siècle.

La bibliothèque de l’Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal

La Bibliothèque de l’Arsenal doit son nom à sa situation au cœur de l’ancien Arsenal fondé par Louis XII et réaménagé au début du XVIIe pour Sully. C’est l’ancienne résidence des grands maîtres de l’artillerie. D’Argenson y a assemblé une immense collection composée de livres imprimés, manuscrits, estampes, cartes, monnaies et médailles. Elle conserve désormais près d’un million de livres imprimés, un fonds précieux de manuscrits ( le Psautier de Saint Louis), des archives inattendues comme celles de la Bastille, des estampes..

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..