Auvers-sur-Oise

De Daubigny à Van Gogh

Visite

2h

Par groupes de 25 personnes

Situé à 35 km au Nord-Ouest de Paris, le village d’Auvers-sur-Oise a gardé son charme d’antan et l’aspect pittoresque qui a séduit de nombreux artistes. Des paysagistes Daubigny et Corot au caricaturiste Daumier, ils y attirèrent à leur suite toute la jeune génération : Pissarro, Cézanne et bien sûr Van Gogh. Promenade sur leurs pas pour découvrir ces lieux qu’ils ont fait passer à la postérité.

Le pittoresque village d’autrefois

En 1846, le chemin de fer met Auvers-sur-Oise à 1h de Paris. Ce petit village séduit très vite de nombreux artistes : les tarifs sont attractifs, l’accès direct à la capitale permet de s’approvisionner facilement en matériel ou de retrouver les marchands parisiens rapidement. La campagne offre par ailleurs de magnifiques paysages, notamment les bords de l’Oise où le canotage devient une activité très à la mode. Les guinguettes et les auberges s’y multiplient, avec succès car le vin y est plus abordable qu’à Paris.

Le peintre Charles-François Daubigny s’installe à Auvers en 1860. A cette époque peintre reconnu et influent, il a le premier l’idée de se créer un atelier flottant en transformant un petit bateau, le Botin. Il passe des semaines à son bord, dérivant sur l’Oise et la Seine, dessinant et peignant de l’aube à la tombée de la nuit. Daubigny, comme son ami Corot, est un soutien important des Impressionnistes à l’Académie. C’est lui qui inspire à Claude Monet cette idée de peindre en barque ; ce qu’il fera à de nombreuses reprises sur la Seine ou sur son bassin de Giverny. Car à la suite de Daubigny, Corot ou Daumier, c’est toute la génération impressionniste qui vient à Auvers chercher conseils et inspiration. L’église du XIIIe siècle, les bords de l’Oise immortalisés par Cézanne, les pruniers en fleurs de Pissarro, la nature luxuriante et les champs des environs sont autant de nouveaux motifs à explorer.

Sur les pas de Vincent Van Gogh

En 1872, le Dr Gachet s’installe lui aussi à Auvers. Il a suivi ses études de médecine à Paris et consacré sa thèse à la mélancolie. Homéopathe, il fréquente les milieux artistiques et s’adonne lui-même à la gravure. Vincent Van Gogh gagne Auvers-sur-Oise le 20 mai 1890 pour être soigné par le Dr Gachet sur les conseils de son frère Théo, qui l’avait lui-même rencontré par l’entremise de Pissarro. Celui que tout le monde appelle bientôt Vincent peint en 70 jours près de 80 tableaux, avant de mourir à Auvers-sur-Oise.

Le chevet de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, l’hôtel de ville, le jardin de Daubigny, les champs de blé… autant de lieux qui gardent le souvenir de Van Gogh et sur lesquels le temps ne semble pas avoir de prise. Plus d’un siècle après le séjour du peintre, l’auberge Ravoux dans laquelle il logeait a été restaurée à l’identique, les champs ont été préservés, et la tombe de Théo a rejoint celle de son frère dans le cimetière municipal. Autant de lieux à découvrir, comme un voyage dans le temps, sur les pas de Vincent Van Gogh.

Pour la petite histoire….

Ses toiles sont presque inestimables ; le record d’enchères pour une œuvre de l’artiste s’élève à plus de soixante-quinze millions de dollars et pourtant, de son vivant, Vincent Van Gogh n’a venu qu’une seule toile : La vigne rouge, pour la modique somme de 400 francs. Son jeune frère Théo, marchand d’art, redoublait pourtant d’efforts et subvenait, chaque mois, aux besoins de Vincent. Les experts estiment aujourd’hui que si La vigne rouge, exposée au Musée Pouchkine de Moscou, passait en vente, elle deviendrait la toile la plus chère du monde.

La visite peut se poursuivre par la découverte de la maison-atelier de Daubigny, rare témoignage d’une maison d’artiste entièrement peinte et décorée par l’artiste lui-même et son ami fidèle, Camille Corot.

J’ai participé avec mon entreprise à plusieurs visites organisées par Marjorie (Montmartre, les passages couverts, l’Opéra Garnier, le musée de l’Orangerie…) et j’ai adoré la façon dont elle raconte les lieux, leur histoire ainsi que les anecdotes. Elle est même parvenue à me faire apprécier des oeuvres que je considérais sans intérêt en les replaçant dans le contexte de l’époque et de leur auteur ! Encore merci Marjorie et à bientôt pour de nouvelles visites.

Christine S

Le 08/06/2021

Un programme artistique , culturel et historique de très grande qualité. Marjorie a le don de transmettre son enthousiasme et de partager ses connaissances. En cette période de confinement nous ne pouvons que vous inciter à choisir un thème à découvrir ou à approfondir pour vous faire une idée par vous-même .Vous ne le regretterez pas .Merci Marjorie. Anny et Guy

GUY R de HOUILLES

Le 26/03/2021

Crédits photos : Les Bonnes Visites

Programmes associés

Musée Jean-Jacques Henner

Musée d’Orsay

Conflans Sainte Honorine

Vous apprécierez aussi…

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Les Expositions Universelles

Les Expositions Universelles

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris

Sept enceintes, appelées aussi “murs” de Paris, ont successivement été construites pour englober et protéger la capitale. Absorbant tantôt la campagne environnante, tantôt des communes entières, elles façonnent la ville et lui donnent la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.
Si elles ont profondément marqué le tissu urbain, elles ont également laissé quelques traces sur le plan architectural. Cette visioconférence sera l’occasion d’une chasse au(x) trésor(s) pour en redécouvrir les traces et les vestiges.

Hôtel de Lauzun

Hôtel de Lauzun

Le duc de Lauzun n’a été propriétaire de l’hôtel que de 1682 à 1685, mais c’est son nom que la postérité a retenu. La Bruyère disait de lui « sa vie est un roman auquel il ne manque que le vraisemblable »..
Cadet de Gascogne il devint colonel des dragons (une charge créée pour lui), capitaine des gardes du corps, commandant d’armée, gouverneur du Berry.. Une ascension fulgurante permise par sa position de favori de Louis XIV. Il est célèbre pour avoir voulu épouser la Grande Mademoiselle, cousine du roi et plus beau parti de France. Mais le roi refuse le mariage sous la pression de l’Europe toute entière. Pire, ses déboires lui vaudront de passer 9 ans à Pignerol aux côtés de Fouquet et du masque de fer…