Les Expositions Universelles

Elles ont fait Paris

Visioconférence / conférence en salle

1h à 1h30

Jusqu'à 100 participants

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.

Une vitrine pour la modernité de la France

Bien avant les Expositions Universelles, de nombreuses foires s’implantent à Paris. Le Siècle des Lumières donne à ces manifestations autrefois locales une dimension nationale avec la pratique du libre-échange. Avec la Révolution ces foires se font fêtes et célèbrent tour à tour, la fondation de la République, la production des fabriques et des manufactures françaises dans un esprit de propagande. Chaque régime y voit l’occasion d’exposer aux yeux des Français fascinés l’invention de matériaux, de nouvelles techniques ou les dernières tendances artistiques. Ces expositions vantent tour à tour les machines à vapeur, les chemins de fer ou l’agriculture et l’élevage afin de promouvoir commerce et industrie. Mais elles restent avant tout française.. En 1851, l’époux de la Reine Victoria, président de la Royal Society, organise sous les verrières du Cristal Palace une grande exposition industrielle. L’Angleterre a l’apogée de sa puissance économique et politique présente des produits du monde entier dans un décor de conte de fée. Il n’en faut pas plus pour piquer au vif l’orgueil de Napoléon III qui décide l’organisation d’une première Exposition Universelle à Paris en 1855 afin d’affirmer l’existence du Second Empire et d’en faire, aux yeux du monde entier, une vitrine de la modernité.

Paris est une fête

Rien n’est prêt pour l’inauguration de l’Exposition Universelle de 1855 mais le succès est tel qu’elle est prolongée. Que rêver de mieux pour un empereur en quête de légitimité ? Le monde entier célèbre à Paris la grandeur des peuples autour des réalisations industrielles. Fort de ce succès, Napoléon III organise une deuxième exposition en 1867. A l’apogée du second Empire, il veut montrer le nouveau Paris, moderne et magnifique qu’il a bâti avec le baron Haussmann. Aux splendeurs de la ville et de ses jardins répondent les fêtes somptueuses organisées par le gotha… Dans une osmose parfaite entre l’exposition et la ville, Paris est une fête…

Paris n’est plus la seule ville à organiser des Expositions universelles, mais la fréquence y est plus régulière qu’ailleurs. En 1878, la jeune République veut faire oublier le second Empire, le désastre de la guerre et son image de pays vaincu. L’exposition de 1889 est décidée, après de longues hésitations, pour célébrer le centenaire de la Révolution mais aussi pour relancer l’économie. Boycottée par les monarchies, cette exposition où le divertissement prend le pas sur tout le reste consacre l’électricité et le fer. La Tour Eiffel, défi architectural et attraction sensationnelle, illustre parfaitement l’état d’esprit de celle que l’on appelle désormais la « Ville lumière ».

L’exposition de 1900, qui concorde avec l’organisation des Jeux Olympiques, marque l’entrée de Paris dans le XXe siècle. Alors que l’on craint une exposition rétrospective du siècle écoulé, c’est un Paris résolument tourné vers l’avenir que les visiteurs découvrent. Révolution du transport avec la création du métropolitain, embellissement de la ville grâce à la construction de palais magnifiques, jamais la capitale française n’a autant rayonné. Et si de nouvelles expositions sont encore organisées, en 1925, 1937, jamais plus elles n’auront ni le titre ni le retentissement de ces Expositions Universelles.

Pour la petite histoire….

La livraison de la Statue de la Liberté a pris du retard. L’idée d’offrir une statue pour célébrer le centenaire de la Déclaration d’indépendance américaine (1876) nait vers la fin des années 1860 sans que l’on en connaisse les circonstances précises. Mais le budget nécessaire est colossal ! D’où l’idée, lors de l’Exposition de 1878, de proposer à la visite la tête de la Statue de la Liberté en cours de réalisation moyennant 50 centimes !! Cette visite à l’intérieur de la tête de la future statue fera dire aux visiteurs que « la Liberté n’a pas de cervelle ! »

J’ai participé avec mon entreprise à plusieurs visites organisées par Marjorie (Montmartre, les passages couverts, l’Opéra Garnier, le musée de l’Orangerie…) et j’ai adoré la façon dont elle raconte les lieux, leur histoire ainsi que les anecdotes. Elle est même parvenue à me faire apprécier des oeuvres que je considérais sans intérêt en les replaçant dans le contexte de l’époque et de leur auteur ! Encore merci Marjorie et à bientôt pour de nouvelles visites.

Christine S

Le 08/06/2021

Le professionnalisme, les connaissances historiques et culturelles, la pédagogie de Marjorie ont rendu cette “visite” sur les Expositions Universelles hyper intéressante et enrichissante. Nous aurions pu continuer à l’écouter pendant des heures. Hâte de la retrouver pour les visites dans Paris.

Mélanie Dufond

Programmes associés

Conférence Gustave Eiffel

Vous apprécierez aussi…

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris

Sept enceintes, appelées aussi “murs” de Paris, ont successivement été construites pour englober et protéger la capitale. Absorbant tantôt la campagne environnante, tantôt des communes entières, elles façonnent la ville et lui donnent la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.
Si elles ont profondément marqué le tissu urbain, elles ont également laissé quelques traces sur le plan architectural. Cette visioconférence sera l’occasion d’une chasse au(x) trésor(s) pour en redécouvrir les traces et les vestiges.

Hôtel de Lauzun

Hôtel de Lauzun

Le duc de Lauzun n’a été propriétaire de l’hôtel que de 1682 à 1685, mais c’est son nom que la postérité a retenu. La Bruyère disait de lui « sa vie est un roman auquel il ne manque que le vraisemblable »..
Cadet de Gascogne il devint colonel des dragons (une charge créée pour lui), capitaine des gardes du corps, commandant d’armée, gouverneur du Berry.. Une ascension fulgurante permise par sa position de favori de Louis XIV. Il est célèbre pour avoir voulu épouser la Grande Mademoiselle, cousine du roi et plus beau parti de France. Mais le roi refuse le mariage sous la pression de l’Europe toute entière. Pire, ses déboires lui vaudront de passer 9 ans à Pignerol aux côtés de Fouquet et du masque de fer…

Le Gros Caillou

Le Gros Caillou

Dans l’ombre de la Tour Eiffel, caché derrière les Invalides, se trouve un quartier méconnu. A cet emplacement se trouvait jadis des îles et le canal de la Petite Seine. Une borne délimitait probablement les seigneuries de St Germain et de Ste Geneviève qui se partageaient le secteur. Le Gros Caillou se développa autour, durant le XVIIe siècle, encouragé par la construction de l’Hôpital des Invalides. Les familles des invalides s’y installèrent, les fournisseurs également.