Le Louvre

De la forteresse au musée...

Conférence en visio ou en salle

De 1h à 1h30

Jusqu'à 100 participants

Donjon du Louvre, palais du Louvre, Musée du Louvre.. autant de noms qui dénotent de l’évolution incroyable de ce fleuron du patrimoine parisien. De la forteresse médiévale à la pyramide du Louvre, mille ans d’histoire de France sont à redécouvrir lors de cette conférence qui lève le voile sur les ambitions des rois (et des autres..) pour ce qui allait devenir « le plus grand musée du monde »…

De la forteresse au palais..
L’histoire du Louvre commence avec l’avènement, en 1180, de Philippe-Auguste. A l’époque, Paris est encore une bourgade et le roi un prince féodal cantonné dans son domaine d’Ile-de-France.
En 1190, alors qu’il s’apprête à partir en Croisade, Philippe-Auguste fait construire une enceinte tout autour de Paris qui commence à s’affirmer comme capitale du royaume de France. La forteresse du Louvre sera la pièce maîtresse d’un système de défense protégeant la ville du côté ouest… contre les Anglais…
Ce Louvre, dont il ne reste rien, abrite l’arsenal, on y enferme les prisonniers de marque, il est utilisé aussi pour abriter le trésor et les archives, les rois y tiennent des assemblées et certains y logèrent même à l’occasion. Mais le palais royal reste, depuis l’époque mérovingienne, le « palais » de l’île de la Cité.
Ce n’est qu’au milieu du XIVe siècle qu’une nouvelle enceinte construite sous Charles V vient agrandir la ville. Le Louvre se trouve donc intra-muros et perd sa valeur militaire d’origine. Fuyant l’insécurité de l’île de la Cité, les rois en font leur séjour royal.
François Ier, qui veut reprendre en main le royaume après des décennies de guerre, lance les travaux d’aménagement de la forteresse en palais. Il en abat le donjon et commande à Pierre Lescot l’aile qui jettera les bases de l’architecture à la française, dressant dans la pierre le portrait d’un souverain idéal…
Si le palais, sans cesse agrandit, fut un temps délaissé par les Valois, les Bourbons ne cessèrent de l’agrandir pour en faire un symbole de la présence royale à Paris.

Du palais royal au musée national
Soucieux de leur image et conscients de la portée politique des arts, les rois établissent des artistes au Louvre dès le XVIIe siècle. Logés dans des conditions parfois précaires, au milieu d’administrations diverses et variées, ils y tiennent les premières expositions de l’Académie royale de Peinture et les collections royales s’y organisent alors même que baraques et lieux de plaisirs, échoppes et marchands ambulants occupent la Cour Carrée où tout tombe en ruine…
La confusion des biens de la couronne avec ceux de la nation et la nécessité d’instruire le peuple rendent urgente la création du Museum Central des Arts dont l’idée avait germée au Siècle des Lumières.
Si plus aucun roi n’y réside après la Révolution, le palais devenu musée reste la vitrine incontestable de la culture et du pouvoir. Ministres, rois, empereurs ou présidents de la République, nombreux sont ceux qui voudront y laisser leur empreinte pour la postérité…

Pour la petite histoire….

Les rois de France ne furent pas les seuls à agrandir le palais. Napoléon III mit en œuvre le projet imaginé par Napoléon Ier (et même Henri IV avant lui..) en réunissant le Louvre au Palais des Tuileries. Ce chantier colossal nécessitait de grandes quantités de pierres apportées par charrois depuis le canal de l’Ourcq de jour comme de nuit. Les Parisiens n’en dormaient plus ! Le préfet fit donc tracer trois itinéraires A, B et C, pour que les gens puissent dormir deux nuits sur trois !

Un programme artistique, culturel et historique de très grande qualité. Marjorie a le don de transmettre son enthousiasme et de partager ses connaissances. En cette période de confinement nous ne pouvons que vous inciter à choisir un thème à découvrir ou à approfondir pour vous faire une idée par vous-même. Vous ne le regretterez pas. Merci Marjorie. Anny et Guy

Guy R - Houilles

Le 26/03/2021

Merci Marjorie pour tous ces voyages dans le temps et dans les lieux . Par ces périodes difficiles de confinement, ce sont des grandes bouffées d’air pur que vous nous envoyez. Nous attendons chaque semaine le programme des visioconférences avec impatience. La diversité des sujets proposés nous ravit. Merci Marjorie pour la qualité des propos et des illustrations. Ne changez rien. A très bientôt. Liliane et Christian Kalasz

Christian K - Houilles

Le 01/02/2021

Crédits photos : 139904 sur Pixabay et Bastien NvsUnsplash

Vous apprécierez aussi…

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Les Expositions Universelles

Les Expositions Universelles

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris

Sept enceintes, appelées aussi “murs” de Paris, ont successivement été construites pour englober et protéger la capitale. Absorbant tantôt la campagne environnante, tantôt des communes entières, elles façonnent la ville et lui donnent la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.
Si elles ont profondément marqué le tissu urbain, elles ont également laissé quelques traces sur le plan architectural. Cette visioconférence sera l’occasion d’une chasse au(x) trésor(s) pour en redécouvrir les traces et les vestiges.

Hôtel de Lauzun

Hôtel de Lauzun

Le duc de Lauzun n’a été propriétaire de l’hôtel que de 1682 à 1685, mais c’est son nom que la postérité a retenu. La Bruyère disait de lui « sa vie est un roman auquel il ne manque que le vraisemblable »..
Cadet de Gascogne il devint colonel des dragons (une charge créée pour lui), capitaine des gardes du corps, commandant d’armée, gouverneur du Berry.. Une ascension fulgurante permise par sa position de favori de Louis XIV. Il est célèbre pour avoir voulu épouser la Grande Mademoiselle, cousine du roi et plus beau parti de France. Mais le roi refuse le mariage sous la pression de l’Europe toute entière. Pire, ses déboires lui vaudront de passer 9 ans à Pignerol aux côtés de Fouquet et du masque de fer…

Le Gros Caillou

Le Gros Caillou

Dans l’ombre de la Tour Eiffel, caché derrière les Invalides, se trouve un quartier méconnu. A cet emplacement se trouvait jadis des îles et le canal de la Petite Seine. Une borne délimitait probablement les seigneuries de St Germain et de Ste Geneviève qui se partageaient le secteur. Le Gros Caillou se développa autour, durant le XVIIe siècle, encouragé par la construction de l’Hôpital des Invalides. Les familles des invalides s’y installèrent, les fournisseurs également.