Fantasmagorie à l’Opéra Garnier

Visite

1h30

Par groupes de 30 personnes

L’Opéra de Paris a connu douze emplacements successifs depuis sa création en 1669 jusqu’à la construction de l’Opéra Garnier. Si celle-ci traina en longueur du fait des difficultés et de l’instabilité politique, Charles Garnier réalisa une œuvre d’art totale, une « fantasmagorie » pour émerveiller les spectateurs.
A votre tour, laissez-vous emporter loin des désordres de la vie de tous les jours et de tous ses dangers pour accéder au rêve éveillé !

Le chef d’œuvre du second Empire

En 1794, l’Opéra national avait pris possession de la salle Montansier, et sa propriétaire jetée en prison, accusée de manière fallacieuse d’avoir voulu incendier la Bibliothèque nationale. Démolie à la suite de l’assassinat du duc de Berry en 1820, la salle Montansier fut remplacée par l’Opéra Le Peletier où Napoléon III à son tour fut victime d’un attentat en 1858, l’incitant à remplacer cet édifice vétuste… L’emplacement de l’Opéra est proposé par le préfet Haussmann. Les contraintes sont importantes : un terrain destiné à être entouré d’immeubles de rapport, en forme de losange, dissymétrique et de très grande envergure. L’architecte Charles Garnier remporte le concours en imaginant pour les sorties au spectacle de l’empereur, un itinéraire rapide et sécurisé entre le palais des Tuileries, où il réside, et la salle de spectacle ! Napoléon III n’a pourtant pas l’occasion d’y voir le moindre spectacle, les travaux trainent du fait des obstacles et la chute du régime les ralentit encore considérablement. La IIIe République rabote les budgets alloués à cette construction, et l’architecte, pratiquement désavoué, n’est même pas invité à l’inauguration.
Les Parisiens découvrent pourtant un lieu féérique où les peintures et les sculptures rivalisent avec les mosaïques et les dorures pour célébrer la musique et la danse. Charles Garnier déploie des trésors de créativité pour soustraire le spectateur à la folie de la rue, préparer et éveiller ses sens alors qu’il se rapproche de sa loge, et enfin le livrer enfin à la magie du spectacle. Un spectacle qui se joue évidemment sur scène… mais pas seulement !

L’opéra, reflet de la société
L’opéra construit de 1861 à 1875 est à Paris l’un des rares lieux de mixité sociale, encore largement réprouvée à l’époque. Ainsi peuvent s’y retrouver, noblesse d’Empire comme d’Ancien Régime, ainsi que la bourgeoisie émergente qui a bâti récemment sa fortune : banquiers, industriels. Tous habitent dans des quartiers différents de Paris et ne se fréquentent pas ! Tout ce beau monde se retrouve à l’Opéra, pas tant pour voir un spectacle que pour se donner en spectacle !!
Les abonnés, qui vont au spectacle plusieurs fois par semaine, ont le privilège de rentrer en premier ; prenant place dans le magnifique escalier, ils animent ce somptueux décor tout en scrutant les autres spectateurs qui arrivent dans un second temps. Et voilà que l’on observe qui arrive au bras de qui, exhibant quelle tenue et avec quels bijoux (bien que ceux-ci soient souvent empruntés chez les joailliers, qui se rapprochent donc rue de la Paix et place Vendôme pour récupérer leurs bijoux après la représentation !)
Plus qu’un simple lieu de divertissement, c’est toute la société de la fin du XIXe siècle qui se met en scène, dans ce monument où les alliances politiques et familiales se font et se défont au rythme des spectacles.

Pour la petite histoire….

La légende d’un lac souterrain sous l’Opéra, largement entretenue par le roman de Gaston Leroux, le Fantôme de l’Opéra, résulte de la nappe phréatique qui se trouvait à cet emplacement et qui est rapidement atteinte lors de la construction des fondations. Pour stabiliser l’édifice, un cuvelage en béton est réalisé après avoir pompé nuit et jour pendant huit mois, asséchant tous les puits des quartiers alentours !

J’ai participé avec mon entreprise à plusieurs visites organisées par Marjorie (Montmartre, les passages couverts, l’Opéra Garnier, le musée de l’Orangerie…) et j’ai adoré la façon dont elle raconte les lieux, leur histoire ainsi que les anecdotes. Elle est même parvenue à me faire apprécier des oeuvres que je considérais sans intérêt en les replaçant dans le contexte de l’époque et de leur auteur ! Encore merci Marjorie et à bientôt pour de nouvelles visites.

Christine S

Le 08/06/2021

Marjorie, merci de ne pas nous avoir laissé tomber pendant ce nouveau confinement. C’est tellement important de se promener à nouveau avec vous et à l’Opera en plus. Alors que nous sommes privés de livres, de cinéma, de spectacle …vous nous emmenez nous régaler de beaux endroits. A bientôt

Carole B de Riantec

Le 19/11/2020

Vous apprécierez aussi…

Les Halles

Les Halles

Au cœur de la rive droite, le quartier des Halles n’a cessé de se transformer. Abritant le premier marché d’approvisionnement de la capitale, il est sans cesse agrandi pour répondre aux besoins croissants de la capitale et détermine tout l’espace environnant.
Cette visite vous invite à parcourir les ruelles avoisinantes à la découverte de cette expansion qui s’étend du XIIe siècle à nos jours alors que le quartier est l’objet de nouvelles attentions…

Les Expositions Universelles

Les Expositions Universelles

De 1855 à 1937 les Expositions universelles qui se sont tenues à Paris ont façonné la capitale. Fêtes nationales et internationales, elles célèbrent les progrès de l’industrie et des techniques. Souvent mises au service de la propagande politique, elles préparent dans l’inconscient collectif l’idée de la Société des Nations.

Les Batignolles

Les Batignolles

Promenade dans les rues d’un quartier qui achève sa mue.. Village au début du XIXe siècle, il fut au coeur de deux révolutions majeures du siècle : le chemin de fer et l’Impressionnisme… Quartier aux multiples facettes, riche de sa diversité et de son dynamisme, il a été choisi pour l’installation de la nouvelle Cité Judiciaire et du Parc Martin Luther King, poumon de l’éco-quartier nouvellement sorti de terre..

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris

Sept enceintes, appelées aussi “murs” de Paris, ont successivement été construites pour englober et protéger la capitale. Absorbant tantôt la campagne environnante, tantôt des communes entières, elles façonnent la ville et lui donnent la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.
Si elles ont profondément marqué le tissu urbain, elles ont également laissé quelques traces sur le plan architectural. Cette visioconférence sera l’occasion d’une chasse au(x) trésor(s) pour en redécouvrir les traces et les vestiges.

Hôtel de Lauzun

Hôtel de Lauzun

Le duc de Lauzun n’a été propriétaire de l’hôtel que de 1682 à 1685, mais c’est son nom que la postérité a retenu. La Bruyère disait de lui « sa vie est un roman auquel il ne manque que le vraisemblable »..
Cadet de Gascogne il devint colonel des dragons (une charge créée pour lui), capitaine des gardes du corps, commandant d’armée, gouverneur du Berry.. Une ascension fulgurante permise par sa position de favori de Louis XIV. Il est célèbre pour avoir voulu épouser la Grande Mademoiselle, cousine du roi et plus beau parti de France. Mais le roi refuse le mariage sous la pression de l’Europe toute entière. Pire, ses déboires lui vaudront de passer 9 ans à Pignerol aux côtés de Fouquet et du masque de fer…